New-York, Esquisses nocturnes de Molly Prentiss

ny-prentiss-helloseptembre

Septembre sonnait l’heure de la rentrée, PriceMinister organisait « les matchs de la rentrée littéraire 2016″, et moi je choisissais parmi 15 livres, New-York, Esquisses nocturnes de Molly Prentiss.

Quelques jours plus tard je recevais ce livre à la couverture bariolée que je trouvais, et trouve toujours, très jolie. Le titre qui évoque New-York a pour moi une connotation joyeuse, il ne m’en fallu pas plus pour avoir peur de l’intérieur de ce livre ; et s’il était moins beau que l’extérieur ? J’ai eu tord d’avoir peur. Ce livre est merveilleux !

L’histoire commence avec Franca en Argentine, bousculées toutes les deux par la guerre. On évoque Raul, ce frère qui a la chance d’avoir un passeport américain et qui en a profité pour immigrer. Après ce premier chapitre, on est directement envoyé de l’autre côté de la frontière. On retrouve Raul, dans la plus belle des villes : New-York. Au même moment 1980 sonne. Quatre personnages sont au même endroit ce premier de l’an mais ne se connaissent pas.

Pas encore.

On découvre donc dans ce livre Raul Engales, artiste peintre vivant dans le downtown de New-York qui souhaite que son art soit reconnu, tout en pensant secrètement à sa sœur Franca. Il va faire la connaissance de Lucy, une jeune serveuse qui débarque de sa province de l’ouest des Etats-Unis et qui souhaite connaitre et faire partie de ce monde anticonformiste qu’est celui des artistes. Puis, il y a James Benett, critique d’art très en vogue et sa femme Marge. Tous vivent autour d’une même passion : l’art. Ces personnages vont avoir des destins entremêlés durant cette année 1980 et vont être confrontés à des drames de la vie. Ce livre est touchant comme le peut être un tableau accroché sur un mur d’un musée. Les personnages féminins sont éblouissants et durs comme des rocs sur lesquelles les hommes peuvent s’appuyer lorsqu’ils ont peur ou échouent.

L’art est dans ce livre omniprésent. Le texte décrit les personnages ou les lieux, comme des portraits. On y trouve des couleurs vives ou sombres, dans la tête de James ou sur les peintures de Engales. On est dans un contexte où des artistes connus et méconnus se croisent. On est dans le New-York qui fascine, celui où tout est possible. Tous ces personnages vivent ou vont vivre à leur manière leur rêve américain avec leurs blessures passées et à venir.

Très beau premier roman que nous offre ici l’américaine Molly Prentiss. Elle a su retranscrire des émotions très justes. J’ai donc été ravie de participer aux matchs de la rentrée littéraire; merci PriceMinister Rakunen de m’avoir permis de découvrir ce très beau roman.

Publicités

Une réflexion sur “New-York, Esquisses nocturnes de Molly Prentiss

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s